La plage, il vaut mieux l'avoir en carte postale!

Publié le par LISOU POWA


Comme vous avez pu vous en rendre compte, la pluie est au rendez-vous depuis plusieurs mois sur paris… Beaucoup se plaignent en disant que la plage c’était tellement bien !
Pitié ! un peu de réalisme et d’honnêteté. Je vous en prie !!! ou alors ouvrez les yeux ! comme pourrait le dire la grande prêtresse de la danse chamanique internationale mia frye : Wake up !
Si vous n’y arriver pas, il est de mon devoir de vous y aider. Sans déconner, la plage est le lieu de toutes les hypocrisies : est ce que vous vous voyez vous balader en sous-vêtements dans les rues de paris ou d’ailleurs ? Non ! et pourtant à la plage, tout le monde trouve ça normal. Si quelqu’un se baladait en moule-burnes dans la rue, on parlerait d’attentat à la pudeur, bizarrement à la plage ça ne pose aucun problème pour personne… Je vous entends d’ici me dire que justement la plage est le lieu de toutes les libertés… Comme vous êtes naïfs ! la plage c’est l’enfer et pour des raisons économiques, politiques et sociales, on veut vous faire croire le contraire, et vous, pauvres sots vous tombez dans le panneau ! que c’est triste…
Tout d’abord, avant d’aller à la plage, il y a toute une préparation, pour nous, les femmes à laquelle nous ne pouvons échapper. En effet, il n’est socialement pas admis (même à la plage) de se montrer en public avec des jambes qui ressemblent plus à celles d’un grizzli qu’a celles d’Ally McBeal ! et justement (comme les choses sont bien faites !) pendant les trois mois précédant l’été, tous les médias et surtout la presse féminine complotent pour nous rendre la vie impossible et pour nous mettre en tête un unique objectif irréalisable : ressembler à une top model en 15 jours. Et pour cela tous les moyens sont possibles : régime à base uniquement de germes de soja bio accompagné d’exercices physiques intenses avec des objets du quotidien comme faire des tractions en se servant du haut de son armoire tout en faisant la vaisselle et l’aspirateur (et oui, ce ne sont pas des magazines féminins pour rien…).
Une fois que l’objectif est presque réussi après des efforts herculiens et qu’on ressemble presque à britney spears après qu’elle soit passé sous un bus alors qu’elle était bourrée et enceinte (on fait ce qu’on peut avec ce qu’on a !) la galère n’est pas terminé pour autant.
En effet, pour pouvoir accéder à la plage et poser sa serviette, il faut déjà arriver a marcher sur le sable sans trop se brûler les pieds au troisième degré au milieu des mégots de cigarettes et autres déchets qui peuplent les plages. Puis il faut réussir à trouver un minuscule coin de sable libre tout en marchant entre les serviettes et les gens en essayant de ne pas trop leur balancer de sable sous peine de se faire insulter.
Une fois qu’une minuscule place est enfin trouvée, il faut se taper le voisinage avec : une famille avec 6 gamins à ma droite qui s’amusent à se jeter du sable parce que c’est rigolo, à gauche un groupe de gothiques en maillots qui écoutent du métal à fond, avec aussi, juste au-dessus de ma tête des djembéman qui jouent mal et trop fort et en enfin à mes pieds une paire de gars bodybuildé à lunettes de soleil qui se rincent l’œil tout en faisant des blagues de beauf en étant persuadés que personnes ne les voient (à mon avis, ils ont trop vu chantal lauby dans asterix et obélix…).
Une fois avoir fait office de taost brûlé pendant 30 minutes, parce que c’est la coutume à la plage et qu’il fait 35 degrés à l’ombre et qu’a la plage il n’y a pas d’ombre, pendant qu’un plagiste hurle à la mort qu’il faut absolument acheter ses beignets ; il me vient l’idée saugrenue d’aller me baigner un peu histoire de me rafraîchir… Erreur fatale ! car il faut se retaper l’enjambage des personnes que j’ai du supporter et que je finis par maudire sur du sable qui me brûle toujours les pieds au troisième degré.
Bref, j’arrive enfin à atteindre la mer. Seulement voilà, là le sable c’est pas qu’il est chaud, c’est que c’est plus du gros cailloux que du sable ! j’arrive à survivre à mes blessures et me retrouve en train de nager à peu près mais un peu angoissée quand même car je ne peux pas voire la communauté poissonesque qui se trouve dans les parages et il m’est donc impossible d’anticiper sur une attaque impromptue d’un requin en perdition, d’une méduse qui sait pas trop quoi faire de sa journée ou d’une baleine qui s’est dit que ça serait sympa de s’échouer dans les environs… comme je n’ai pas envi de mourir dans l’immédiat, je décide de repartir assez vite en sécurité (enfin presque) sur le sable pas très ferme en compagnie de mes voisins si charmants en espérant pouvoir retrouver mes affaires sans qu’un banc de roumains errant ne soit passer par là.
Une fois que mes craintes sont en partie évaporées, je me retrouve sur ma serviette maintenant pleine de sable, moi recouverte de sable également, car le sable ça colle partout ! et avec le sel de la mer qui me bouffe la peau (parce que la mer, par définition c’est plein de sel). Je décide de sécher au soleil et de prendre un peu sur moi lorsque je me retrouve agressée par du sable provenant de gens qui essayent, comme moi peu de temps avant, de se trouver une place. C’en est trop ! je décide de partir. Vient alors, le moment de la vengeance où, par mégarde, les djembémans reçoivent le sable de ma serviette que je suis en train de secouer (comme c’est dommage…), ce qui aura le mérite de les faire arrêter de jouer. Je sais ce que vous aller me dire, pourquoi eux spécialement ? parce que je n’ai pas confiance aux réactions que peuvent avoir les gothiques, pour la famille avec les 6 gamins, je n’aurai pas pris le risque de me faire courser par les gamins avec leur pistolet à eau et pour les vedettes bodybuildées, j’avais pas envi de me faire casser la gueule et c’est pas les djambéman qui m’aurait défendue…
Je me dirige alors vers la douche pour essayer d’enlever le maximum de sable… mais en vain. J’essaye donc de remettre mes vêtements qui sont maintenant aussi remplis de sable, c’était inévitable… Maintenant que je ne fais plus qu’un avec mes vêtements pleins de sel et de sable et donc qui me grattent et qui me bouffent la peau, je retourne à l’hôtel où je tente de prendre une bonne douche et d’oublier ce moment de galère intense jusqu’à ce que la tuyauterie, qui a vu beaucoup de gens pleins de sable avant moi, se bouche !
Alors ne venez pas me dire que la plage c’est cool ! à la limite, ce qui est cool c’est de se foutre de la gueule des gens qui y vont…
C’est pourquoi je propose le boycottage des plages, une manifestation sera bientôt organisée pour la libération des plagistes en captivité…

Publié dans LISOUZ POWA...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

moms-diary 20/04/2009 08:25

Rholala

jalouse enfarinée 20/05/2008 18:54

tout a fait d'accord avec toi en carte postale c'est tres bien la plage, surtout que çà à le meme effet : c'est deprimantla-vie-d-une-jalouse-enfarine.over-blog.com

Farang 03/02/2008 08:03

boycotte plutot les coins peuplés, si ya pas grand monde, c bien la plage!

Melody 26/09/2007 15:45

"ce n'est pas conjoncturel mais structurel..."

Il m'épatera toujours ce Thom !! ;o)

LISOU POWA 26/09/2007 20:12

thom, comme visiblement on ne peut rien te cacher et que je suis pour une participation active à ce blog, je vous propose un jeu: il y a plusieurs clins d'oeils et références dans ce texte. je vous propose donc de les chercher...à vos marques! prêt? cherchez!!!

Thom 25/09/2007 18:32

au fait, une question : LES GOTHIQUES VONT A LA PLAGE ??? c'est pas un peu contre-nature ?